Le jour du sabbat est perdu pour les Gentils

Réponse > Catégorie : Étude talmudique > Le jour du sabbat est perdu pour les Gentils
Isaac Demandé il y a 6 ans

1) La Torah nous a exemptés d'un Sabbat perdu pour un Gentil… éclairant le nom délicieux que nous devons préserver les droits fondamentaux envers les Gentils, mais qui est ‘Hassidout’ nous n'étions pas obligés de…
Ceci est lié à ce que ces derniers (Hazo'a et d'autres) ont souligné que les sept commandements que même les non-juifs sont obligatoires sont des choses qui sont obligatoires de la part de «l'honnêteté et de la moralité».
Et regardez les paroles de Maïmonide concernant l'exemption du taureau d'Israël qui a frappé un taureau d'un Gentil, qui dans leur loi ne l'exigent pas… Nous ne les traitons pas plus qu'eux-mêmes…

La Guemara du Sanhédrin dit qu'il est interdit de rendre une perte à un gentil… Rambam a expliqué que c'est pour ne pas renforcer les méchants du monde (alors un gentil décent devrait être autorisé, même s'il n'est pas du tout un résident), Rashi a expliqué qu'il révèle qu'il ne revient pas à cause du commandement de revenir, en tout cas il y a une interdiction (sauf si c'est fait autrement à cause de la profanation de Dieu ou dans le but de sanctifier le nom)…

Ma question est la suivante : ces règles peuvent-elles changer en fonction de « l'honnêteté et de la moralité » changeantes acceptées par les peuples ? Dans une situation où chaque personne voit que la bonne chose à faire est de récupérer une perte, la loi changera-t-elle ? Dans certains pays il y a même des lois (alors peut-être est-il possible d'ancrer dans les commandements de Kim les 'lois', et si un gentil est obligé nous n'en serons pas moins)…
Même s'il est dit qu'il n'y a pas d'obligation, c'est 'seulement' une morale non-Torah, du moins il n'y aura pas d'obligation (même selon Rashi)… La Torah n'est pas obligatoire mais il y a une raison de revenir, la morale acceptée à notre époque… Et pas à cause d'une mitsva…
Certains rabbins écrivent qu'aujourd'hui il est nécessaire de revenir à cause de la sanctification du nom… mais cela me semble une évasion, la sanctification du nom n'est pas obligatoire, et ne sera ostensiblement autorisée que lorsqu'il a vraiment l'intention de sanctifier le nom…

2) Quel est le sens de revenir "à cause de la sanctification de D.ieu" (comme cité dans les histoires du Jérusalemite)… Si la Torah non seulement tirait mais interdisait - quelle mauvaise chose louerait le peuple d'Israël pour quelque chose qui pour eux est vraiment une interdiction ?

laissez un commentaire

1 Réponses
Michi Personnel Répondu il y a 6 ans

En effet, je suis d'accord que la question de la sanctification du nom est une question indirecte. À mon avis, il y a une obligation absolue de rembourser aujourd'hui, comme l'écrit Hameiri. Vous écrivez qu'il le fait du côté de la morale et non du côté de la loi, et je le commenterai à mon avis : Premièrement, car aujourd'hui c'est une loi et non une morale, puisqu'il est obligatoire de rendre un perte pour un gentil tout comme un Juif et du même verset. La Gemara de BK Lez déclare clairement qu'ils ont autorisé l'argent pour Israël uniquement parce qu'ils n'ont pas respecté leurs XNUMX mitsvoth. Deuxièmement, même s'il supprime quel est le problème avec ça ?!
Et ce que vous avez demandé s'il s'agissait d'une interdiction là où nous avons constaté que les interdictions autorisées contre la profanation et la sanctification du nom, c'est le donneur. Ce n'est pas une interdiction mais une réponse à la situation spécifique des Gentils à l'époque, donc même à leur époque il y avait de la place pour redonner pour la sanctification du Nom. C'est la preuve même qu'il ne s'agit pas d'une interdiction.
Voir à ce sujet dans mes articles sur les Gentils à notre époque ici :
https://musaf-shabbat.com/2013/10/04/%D7%92%D7%95%D7%99-%D7%A9%D7%94%D7%94%D7%9C%D7%9B%D7%94-%D7%9C%D7%90-%D7%94%D7%9B%D7%99%D7%A8%D7%94-%D7%9E%D7%99%D7%9B%D7%90%D7%9C-%D7%90%D7%91%D7%A8%D7%94%D7%9D
Et sur l'attitude envers les gentils et les changements dans la halakhah ici.
------------------------------
Demander:
Selon Hameiri, il est clair qu'il doit être rendu…

Je demande selon les arbitres qui n'ont pas suivi sa méthode, et les lois des gentils de notre temps ne doivent pas être comparées aux lois d'un résident résident…
La Gemara et les poskim disent explicitement qu'en dehors de l'exemption de la Torah, il y a une interdiction en la matière (prétendument qu'il est de Durban), et ont même traité de son raisonnement…
Selon Rachi, il s'agit de montrer que nous répondons à cause de la charge et non à autre chose.
Mais celui qui agit au nom de la moralité - fait ostensiblement exactement ce que les sages voulaient empêcher, découvre qu'il ne fait pas la chose pour l'amour du ciel.
------------------------------
Rabbin:
Premièrement, ce n'est pas non plus nécessaire pour la méthode Rachi. Il est possible que l'interdiction soit de faire à cause des constitutions des gentils ou de trouver grâce à leurs yeux. Mais faire pour la moralité est similaire à faire pour la sanctification de D.ieu. La moralité nous est également imposée par la Torah (et vous avez fait le bien et le bien).
Cependant, même si vous avez raison de dire qu'il existe une interdiction de le faire pour des raisons de moralité, je ne comprends pas comment vous suggérez que cela devrait changer. Premièrement, si la morale aujourd'hui signifie répondre, alors encore une fois, vous le faites à cause de la moralité et c'est ce qui est interdit. Deuxièmement, dans leur simplicité, même à leur époque, c'était un ordre de la morale, puisqu'à votre avis il était alors interdit de se venger de la morale.
Mais tout cela est bizarre. Depuis quand est-il interdit de faire quelque chose contre la morale juste pour montrer que l'on fait contre la loi ? Ce sont des choses déroutantes.
------------------------------
Demander:
La question est de savoir si la norme morale peut changer…
La Torah n'a interdit le meurtre et le vol aux Gentils que parce que c'était considéré comme de la droiture et de la moralité, et tout comme les Gentils eux-mêmes ne sont attachés qu'à l'honnêteté et à la moralité, nous le sommes aussi envers eux. ' que nous ne sommes engagés qu'entre nous (et selon Rachi même interdits aux autres, pour ne pas obscurcir)
------------------------------
Rabbin:
Je ne comprends pas sur quoi porte la discussion. Je l'ai déjà expliqué. La norme morale peut certainement changer. Mais si à votre avis Rashi interdit de faire des choses pour des raisons morales (ce qui est clairement illogique à mon avis) alors cela ne changera pas la loi. Il y aura une obligation morale et une interdiction halakhique.

laissez un commentaire