Circoncision

Ben Demandé il y a 4 ans

Quelle est votre position sur les arguments contre la circoncision ? Que l'enfant est un individu qui devrait avoir le choix d'accomplir ou non des actes irréversibles sur son corps, que l'alliance met l'enfant en danger et qu'en général c'est comme couper le mamelon pour les filles (concernant l'argument sanitaire)

laissez un commentaire

1 Réponses
Mikyab Personnel Répondu il y a 4 ans

De tels arguments peuvent aller à l'encontre des habitudes alimentaires, de l'éducation, etc. Il n'y a pas d'échappatoire à l'influence des parents sur la vie de l'enfant. Ainsi, même si l'affirmation est théoriquement correcte, elle n'est pas applicable. Les parents doivent faire de leur mieux selon leur foi en lui. En particulier, quand il grandira, la décision de faire une alliance lui fera du mal et lui rendra la tâche plus difficile.

Ben A répondu il y a 4 ans

Mais c'est un processus irréversible contrairement aux habitudes alimentaires et éducatives

mikyab123 A répondu il y a 4 ans

Pas vrai. Tout est irréversible. Par exemple, l'éducation l'amène à un endroit qui influence également la décision de changer de direction.

Dr. A répondu il y a 4 ans

Sur l'éducation, on peut dire qu'elle est réversible, mais la nutrition n'est certainement pas réversible.

דניאל A répondu il y a 4 ans

Aussi ne pas circoncire à l'âge de 8 jours est une décision irréversible. Personne ne pourra rendre à cet enfant les jours d'enfance où il était en dehors de l'alliance.

A A répondu il y a 4 ans

Pourquoi est-ce le seul problème qu'il y a de l'évasion du rabbin au corps de la question, les réponses sont faibles et pas sérieuses. Cela rappelle un peu l'apologétique ultra-orthodoxe de notre époque.

ד A répondu il y a 4 ans

A, en effet. Mais notez qu'il a écrit "même si théoriquement correct" et qu'ensuite il a dit qu'il n'y avait pas d'autre option et que tout était irréversible, etc. Mais la vraie réponse est que le commandement de la circoncision l'emporte sur la valeur de l'autonomie du bébé aveugle.

R A répondu il y a 4 ans

À mon avis, la réponse est en fait forte et correcte et non évasive.

Oren A répondu il y a 3 ans

Dans la continuité de ce sujet, j'ai pensé ajouter qu'il y a ici un dilemme entre la valeur de l'autonomie d'une personne sur ses enfants et l'ampleur du préjudice causé à l'enfant. S'il s'agissait d'une blessure très importante (comme l'amputation d'une jambe ou d'un bras), il serait possible d'utiliser la coercition pour empêcher cette pratique par ceux qui n'y croient pas (comme forcer une personne à ne pas se suicider même si elle a autonomie sur son corps). Mais dans le cas de la circoncision, le préjudice est relativement faible et la valeur de l'autonomie parentale semble l'emporter (tout comme une personne n'est pas obligée de s'abstenir de fumer même si elle se fait du mal). Ainsi, même ceux qui ne croient pas à l'importance de la circoncision ne devraient pas la priver de ceux qui y croient. Tout au plus, les gens peuvent-ils être éduqués pacifiquement contre les pratiques dites « barbares ».

laissez un commentaire