Le droit du persécuteur de s'opposer à sa neutralisation

Réponse > Catégorie : Halacha > Le droit du persécuteur de s'opposer à sa neutralisation
exultation Demandé il y a 3 mois

Bonjour Rabbi,
 
 
 
 
Apparemment, s'il y a une mitsva pour que chacun neutralise le persécuteur, alors il y a une mitsva pour que le persécuteur lui-même ne s'oppose pas à la neutralisation ? Ou le persécuteur a-t-il encore le droit de s'opposer à la neutralisation (et même jusqu'à tuer le neutralisant) ? Il me semble qu'il n'y a aucune référence à cela dans les lois de la Mishna Torah du meurtrier et de la préservation de l'âme, chapitre A.

laissez un commentaire

1 Réponses
Mikyab Personnel Réponse il y a 3 mois

Cette question apparaît chez les chanteurs. La Gemara dit que s'il avait renversé et tué Pinchas d'un état persécuteur, il aurait été exempté. Et dans Malam F.A. Mahal, un meurtrier discute des extensions de cette loi (qu'en est-il d'un meurtrier accidentel qui tue le sauveur du sang, et celui qui tue le messager dans le deuxième verset doit également être discuté).
Un persécuteur n'a pas le droit de s'opposer à la neutralisation comme il n'a pas le droit de tuer. En fait, il a lui-même dû se suicider à partir d'un état de persécution (ou bien sûr arrêter de persécuter). C'est ainsi que j'ai expliqué ici il y a quelques semaines la loi selon laquelle dans l'émissaire de BD il n'y a pas d'autorisation de le tuer car l'accusé lui-même doit se tuer. Tuer des criminels est une mitsva imposée au public, et un messager B'D est un messager de tous (y compris les persécutés).

laissez un commentaire